Qui sommes-nous?

Épicurienne de nature pour toutes les bonnes choses de la vie. C’était un rêve que je caressais depuis un petit bout de temps de pouvoir partager mon amour des délices de la vie. J’ai toujours aimé faire de la cuisine, au cours des années j’ai développé mon goût et mes papilles gustatives pour devenir une passionnée des épices.ganesh

Comme dirait  mon beau-frère, « j’ai le goût absolu » mais c’est un peu prétentieux de dire cela. J’ai surtout une grande facilité à distinguer tous les ingrédients qui peuvent se trouver dans une recette. C’est même un jeu auquel je n’ai plus le droit de jouer dans ma famille maintenant, car  tout le monde sait que je vais deviner. Depuis que je suis toute petite j’ai toujours fait cet exercice  inconsciemment. La mémoire gustative et olfactive évoquent toujours des tonnes de souvenirs. Combien de personnes, en passant devant une boulangerie reviennent à un moment précis  de leur enfance par l'odeur du pain ?

Mon initiation aux épices débute à l'âge de cinq ans. Alors qu'un ami de mon père, d'origine indienne, venait assez souvent nous rendre visite. Il prenait toujours le temps de cuisiner des plats typiques des Indes pour toute la famille comme son délicieux poulet Tikka. Grâce à lui, j'ai toujours eu une certaine fascination et une curiosité qui se sont ouvertes à ce moment-là. Il faut dire que dans les années 80, le Québec était assez homogène en termes de différences ethniques. Il n'y en avait pratiquement pas. Mon père, étant professeur titulaire, avait des étudiants de partout dans le monde qui venaient travailler avec lui. Tous ces contacts avec ces différentes cultures ont toujours continué, car eux aussi, pour remercier mon père, venaient nous cuisiner des repas que nous partagions tous ensemble. Mes parents étaient de bons voyageurs pour l'époque. Ils nous ont inculqué le goût de la découverte, des cultures et de l'ouverture sur tous les niveaux.

L'amour de la cuisine me vient en premier de ma mère qui était gourmande et aimait les bons plats. J'avais la chance d'avoir des voisins qui étaient de Pondichéry au sud de l'Inde, Madame Yoshi qui était une cuisinière fantastique. Tous les deux ans, elle retournait dans sa ville natale pour faire l'achat de ses épices et faisait ses propres mélanges de curry. Les derniers sont typiques d'une famille à l'autre. Le secret de ses recettes et son goût venait vraiment du savoir faire et de la fraîcheur de ses mélanges. Son poulet aux pois chiches, ses soupes aux lentilles, ses petits pains plats, ses bajjis aux légumes... étaient de vrais délices. Dès que mes parents étaient invités chez les Yoshis, elle m'envoyait un Bento, une boite à lunch indienne, rempli avec les restants du souper. Un vrai régal! En retour, je lui cuisinais quelque chose de bien québécois du sucre à la crème.

Ouvrez vos horizons au fabuleux monde des épices le voyage débute maintenant.

timbre india


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *